Invasion Belge au Mont Ventoux

velo conceptPROBABLEMENT LE JOUR LE PLUS LONG DE MA VIE!…
Par Dominic Rose

En plein nuit à 3h je sors de mon lit. Willy est également bien reveillé. Après un petit-déjeuner de 2 bananes et quelques petits pains je me trouve à 3h45 avec des genoux tremblants au départ ardoise au rond point Portail de l’Olivier à Bédoin.

Notre cameraman nous a probablement oublié. Les secondes passent.Tout d’un coup une grosse Mercedes avec des plaques francaises s’arrête derrière mon dos.
Mon coeur bat encore plus vite. Ma première réaction est que c’est la police qui se demande ce qu’un sandwichman vient faire ici en plein nuit.

Incroyable mais le Belge le plus sympa de Bédoin, Marcel Lemmens vient m’encourager, ça nous touche vraiment. J’ai une goutte de larmes aux yeux ( ?)
Notre cameraman et son chauffeur arrivent  » just in time « .

Pile 4h Marcel me pousse pour le départ dans la lumière de la télé belge et les 4 coups du clocher du village. Accompagné de toute l’équipe je pars dans la nuit direction St Estève.
Je profite de la silence de nuit. Rien à voir … sauf quelques petites souris qui traversent la route juste devant ma roue. Je n’entends que le bruit du moteur de la voiture balai.

De temps en temps j’entends du bruit dans les bois. Quelques biches et même un sanglier partent entre les arbres dans la lumière des phares.
C’étaient nos premiers supporters.
Bien à l’aise en souplesse j’arrive après une heure au Chalet Reynard. Là, tout le monde dort encore.

En bas je vois les petites lumières des villages provençaux en pleine repos.
Dans les phares de la voiture je sais bien tenir ma cadence sur le rythme de mon ombre dansante sur les rochers blancs. Le paysage nocturne est fantastique. J’en profite encore. Il faut rester calme et surtout pas aller trop vite. Ca n’est pas toujours évident.

Après 1h45’ j’arrive au sommet ou mes supporters Michel et Nans ont passé la nuit dans leur mobilhome pour être sûr de pouvoir prende une photo au sommet.

La descente direction Malaucene est fantastique depuis son renouvellement en juin dernier. On dirait une autoroute, mais sans paiement !
Entre 2 voitures je descends à 70 km/h. De temps en temps je dois même freiner pour ne pas dépasser la voiture. Heureusement qu’il n’y a pas de circulation montante à cette heure.
Après 35 minutes j’arrive en bas ou d’autre supporters m’attendent en compagnie du jeune Tom Kenis qui est devenu Cinglé la veille (3 montées), ça m’a fait plaisir.

Malaucene est encore en plein repos, à part quelques commercants. Je consomme une banane et dans le mi-noir je repars pour le sommet et le lever du soleil. Après 1h40 j’arrive au sommet, juste trop tard pour assister au lever du soleil, que mes supporters ont bien admiré. Le vent se lève également. Je devrai bien partager mes forces.
Michel fait vite une photo de mon Top 2.

Bien habillé je descends vers Bédoin pour mon petit déjeuner. Un petit morceau de pain francais garni et je mets des vêtements moins chaud dans notre centre de vacances les Florans.
Après une petite demie-heure à 19km/h je pars après 8 km par la route forestière dans les bois. Mon copin Steven m’accompagne. La route est nettement plus roulante avec moins de trous qu’en juin lors de mes 5 montées.
Je tiens les 10km/h.
Je dépasse un hollandais avec le visage tout rouge et il essaye de se tenir debout sur son braquet triple sur le plus petit.
Il crie :  » Tu es Domi ? …. Quelle fête ici !.  » Ah je ne savais pas que j’étais déjà si renommé ici !

Pendant les derniers km le photographe de la Provence vient prendre quelques photos pour son journal de dimanche.
Après 2h30’ je surprends mes suiveurs pour mon Top 3.

Comme d’habitude quelques vêtements supplémentaires, une banane et en vitesse direction Bédoin.
Chez Jan du restaurant Portail de l’Olivier je m’arrête pour un bon spaghetti. Jan ne me fait pas perdre du temps pour mon déjeuner. Merci Jan. Et c’était bon en plus.

Encouragé de quelques supporters, dont Willem, l’écrivain d’un livre sur le Mont Chauve, je pars direction route forestière et Mont Serein. Dans le bois Steven m’accompagne.
Ca devient de plus en plus dur, surtout la montée direction Mont Serein après les Grands Pins.
Quand j’arrive en haut je passe entre une haie de cyclotouristes Limbourgeois pour mon Top 4.
Ils m’accompagnent direction Malaucene et églement les premiers km de la montée.

Je mords sur mes dents … Je demande à Willy de préparer mon vtt au km de 11%.
Après le Chalet Lliotard je pars dans les bois par les grands pins direction Chalet Reynard.

A la plaine de L’Hermitage toute l’équipe m’attend. Je continue en vtt les 5 derniers km par le monument de Simpson pour mon top 5. En juin j’étais déjà Diable à ce moment. Ma femme Christine m’attend au sommet, habillée comme un vrai diable …… merci Christine.

Je redescends jusqu’à la Plaine de l’Hermitage.
Ma supportère ( ? ?) Nans a préparé des pâtes. Malgré la fatigue j’ai bien mangé. Mes suiveurs ont ouvert une bouteille de muscat de Beaumes de Venise.
Je dis à Willy que ca sera la nuit la plus longue de ma vie … Willy a bien compris que je continuerai jusqu’au bout et que j’y crois.
Je décide de me retirer une petite demi heure dans la mobilhome pour me reposer. J’oublie le temps et le fait que je devrai passer le bois dans le noir. C’est à Willy de résoudre ce problème.
Ma lampe de vélo ne fonctionne plus et accompagné d’une moto ce n’était pas faisable non plus.

Pendant que je descends direction Bédoin, il y a un berger qui descend avec ces centaines de moutons. Celui-ci rassure Willy que la route des Chamois direction Grands Pins est faisable en camionette.
De Bédoin je remonte direction Chalet Reynard. Le soleil s’est couché derrière l’horizon.

Suivi de Willy je pars dans les phares de la voiture dans le bois. C’était un parcours spectaculaire par les petites routes remplies de pierres et virages dangereuses. En chemin je donne quelques consignes à Willy sur les points dangereux. Nous passons à quelques centimètres du fossé.
Quand j’arrive à minuit au sommet pour mon top 6, il y a quelques supporters qui sont montés pour m’offrir une bouteille de vin excéllent.
Merci Chris et Johan. C’étaient 2 cinglés qui étaient en pleine admiration pour mon exploit. Ils y croient également.

Pendant l’interview en plein nuit de la télé je leur confie que je devrais aller jusqu’au fond de mes forces, et peut-être encore plus loin. J’avoue même que je ne reviens plus jamais au Géant …..
Willy est surpris de ma réaction ….. comme il a perdu son coeur au Provence.

Alors ma dernière descente direction de Sault. Et mes suiveurs me font encore souffrir en montant jusqu’au centre de Sault. Et ils ont raison.

J’ai l’impression que ca ne finira jamais!
Steven m’accompagne dans la nuit très froide pour ma dernière montée. Même cette montée soit disant facile est dans ces circonstances un vrai calvaire. Loin au sommet je vois les petites lampes dans la nuit. Il n’y a plus de retour.
J’avance à peine. La voiture a difficile de rouler à ma vitesse
A 3 heures dans la nuit j’arrive au sommet pour la 7e fois.
Quelques touristes qui dorment au sommet sont réveillés et se demandent ce qui se passe …
Moi aussi, je me demande pourquoi j’ai fait cela. Je n’ai quand-même pas mérité cette souffrance inhumaine …….

Ma compagnie fait éclater une bouteille de champagne ….. Moi je ne pense plus qu’à mon lit …
Ca c’est le moins que j’ai mérité …..

Joepie, je l’ai fait et deviens le premier Diable d’Or (7 montées).
Mes remerciements à tout mon équipe : surtout ma femme Christine, qui a probablement souffert encore plus que moi, mon fils Louis, l’homme dans l’ombre mais présent partout Willy , le team TV Limbourgeois, les supporters Michel, Nans, Kris, Johan, Tom et Co, les cyclo de Koti, Marcel, Willem et Jacqui.

Diable d’Or : Dominic Rose
Date : Samedi 6 septembre 2003

Départ Bedoin : 4h
Sommet : 5h45’
Temps 1ere montée : 1h45’

Départ Malaucene : 6h15’
Sommet : 8h
Temps 2e montée : 1h45’

Repos Bedoin : petit-déjeuner : 8h35 – 9h25’

Départ Bedoin : 9h25’
Route forestière (7 km) : 9h55 (vtt)
Chalet Reynard (5 km du sommet) : 11h10’
Sommet : 11h42’
Temps 3e montée : 2h17’

Repos Bédoin : déjeuner spaghetti : 12h15 – 13h05

Départ Bédoin : 13h05’
Route forestière (7 km) : 13h40’ (vtt)
Direction Mont Serein
Sommet : 15h20’
Temps 4e montée : 2h15’

Départ Malaucene : 16h05’
Route forest. Mt Serein : 17h40’ (vtt)
Sortie route Chalet. Reynard : 18h15
Sommet : 18h 53’
Temps 5e montée : 2h48’

spaghetti + repos : 19h05 – 20h

Départ Bédoin : 20h45’
Traversée Chalet Reynard – Mont Serein (r. forest.)
sommet : 23h30’
Temps 6e montée : 2h45’

Départ Sault : 00h40’
Arrivée sommet : 03h05’
Temps 7e montée : 2h25’

Durée totale des montées : 18h00’ – 315 km
Dénivellé global: 11.250 m

Consulter le Topo Guide de Dominic Rose:
www.velo-concept.com/index.html?pg=articles&rub=3&cat=60&id=510&lang=

Willy Reuvis pour le JDC. Droits réservés.
Photo W.R. Droits réservés.