Portrait d’Aurélien Bonneteau

NOM : BONNETEAU Prénom : Aurélien Age : 30 ans Profession : Commerçant Vélo Couché Fronsac (site : CycloAB.fr) Nous avons rencontré Aurélien BONNETEAU Champion de France Route 2013 des Vélos Couchés. Cet athlète de 30 ans, commerçant Vélos Couchés à Fronsac (33) est en quelque sorte une des références de la discipline depuis plusieurs années. Serge: Comment êtes- vous arrivé à la pratique de cette discipline particulière ? AB : Je n’arrive pas dans le cyclisme. En effet, j’ai pratiqué la compétition un certain temps jusqu’au niveau des 1ères catégories amateurs. J’ai même terminé vice-Champion de France militaire, du fait de ma profession de gendarme. Le virus n’avait pas de difficulté à m’atteindre avec un papa passionné de vélo et surtout de vélo couché. Au début, des sorties en commun, lui avec son vélo couché et moi avec mon vélo traditionnel, j’avais des difficultés à le suivre. Devant ma surprise et mon étonnement, j’ai voulu essayer cet engin particulier. Aujourd’hui je suis un peu accro de la discipline et j’aimerais même en faire ma profession. Serge: Revenons à votre journée et ce titre. Etes-vous étonné de votre performance? AB : Je ne suis pas trop surpris au vu des deux dernières éditions. Je m’étais bien préparé et j’ai contrôlé les deux adversaires que sont Geoffroy Lelièvre et Sébastien Courteille. C’est dans les 2 derniers kms que j’ai fait la décision. Pour conclure sur le sujet, j’avais fait de ces Championnats un objectif pour la saison. Serge: Maintenant après cette performance, quels sont vos objectifs? AB : Dans cette discipline, il y a de fait des catégories techniques, les engins carénés et non carénés. En non caréné, je travaille en soufflerie pour atteindre les 60 km/h. En caréné, je suis en étude avec la société MAVIC et l’IUT d’Annecy afin de me présenter avec des conditions optimales pour approcher le record du monde de Franceco Russo, qui se trouve à une moyenne de 91,500 kms. On ne peut pas se présenter à un challenge comme celui-ci sans une approche technologique et physique. Nous ferons beaucoup d’essais en soufflerie ainsi qu’en Allemagne, sur la piste automobile de 6,5 km de la ville de Dresde. Concernant ma préparation physique, je parcours environ 15000 km chaque année. Le parcours de ce cycliste de haut niveau dont l’approche peut surprendre constitue un réel intérêt. A l’évidence bien des choses restent à découvrir dans ce domaine qui constitue une communauté importante d’adeptes dont l’approche varie de la notion de simple loisir à celle de la recherche et de la performance. C’est une des raisons qui ont conduit la FFC à reconnaitre cette discipline dont les balbutiements datent des années 30 et à l’intégrer dans ses activités avec des épreuves officielles. Serge Servain