La Pyrénéenne, 3 Juillet 2017 à Saint Lary Soulans (65)

Une belle journée de vélo dans les grands mythes pyrénéens!

Le départ de la Pyrénéenne était situé cette année à Saint-Lary dans la vallée d’Aure en application de la règle d’alternance avec Argelès-Gazost et Bagnères de Bigorre, les deux autres villes organisatrices.

1200 concurrents étaient présents équitablement répartis entre le parcours des Quatre Vallées (170 km et 3800m de dénivelé), épreuve du Trophée Label d’Or et le parcours des Deux Vallées. On notait la présence de nombreux étrangers principalement des espagnols, des belges, des hollandais et des anglais.

 

 

 

 

Après un samedi très humide,  la pluie avait cessé et le départ s’est déroulé dans une atmosphère brumeuse et très fraîche. Les premiers lacets de la Hourquette d’Ancizan (1564 m – 10,5 km à 7,8%) eurent tôt fait de réchauffer les organismes. Un groupe de huit coureurs dont faisait partie le futur vainqueur passait le sommet en tête par une température de seulement 6 degrés alors que le soleil commençait à percer les nuages. La descente vers Sainte-Marie de Campan dans un paysage pastoral exceptionnel au milieu de nombreux troupeaux en liberté permettait de reprendre des forces avant d’attaquer le plat de résistance de la journée, le célébrissime col du Tourmalet (2113m – 17,2 km à 7,4%).

 

 

 

Sébastien Pillon ne tarda pas à lâcher ses compagnons d’échappée qui n’allaient plus le revoir avant l’arrivée située à près de 130 km. Pour les moins entraînés, cette ascension fut une rude épreuve et la satisfaction était immense en apercevant la statue du Géant au sommet.

Il convenait de bien se couvrir pour affronter la longue descente vers Luz Saint-Sauveur et Argelès-Gazost.  Après une dizaine de kilomètres quasiment plats jusqu’à l’entrée de Lourdes, le parcours empruntait la petite route pittoresque du col de Lingous pour rejoindre Bagnères de Bigorre puis remonter la vallée de l’Adour avec l’aide d’un vent favorable bienvenu pour affronter de longs faux-plats montants jusqu’à Sainte-Marie de Campan. Il restait alors à déguster le dessert à savoir le splendide col d’Aspin (1489 m- 12,8 km à 5%) avant la descente sur Arreau et le retour à Saint-Lary par la vallée des Nestes avec à nouveau un vent favorable bien agréable après un menu aussi copieux

 

 

 

 

Sébastien Pillon n’aura cessé de creuser l’écart sur ses poursuivants et a terminé ce parcours des 4 Vallées en 5h17 devant deux autres habitués des podiums pyrénéens : Sébastien Gueras à 13 minutes et Ghyslain Lapanderie à 19 minutes, une superbe performance après sa récente deuxième place sur l’Ariégeoise.

Il convient pour terminer de saluer l’excellente organisation de cette Pyrénéenne 2017 : sécurité assurée par de nombreux signaleurs, ravitaillements fréquents et bien placés, bénévoles dévoués et sympathiques.

Pierre Gadiou